Forum

Se sentir libre de partager....

Vous n'êtes pas identifié(e).

#1 12-10-2007 09:31:18

Collegue
Team RSR
Lieu : MARSEILLE
Inscription : 01-01-1970
Messages : 4 774
Site Web

[Dossier - observatoire] la Revolution de l' industrie du disque ?

Gros chamboulement ou effets d'annonces?
l' industrie du disque voit ses vieux fondements économiques trembler voir..ce fissurer.
L' ennemi n'est plus le petit internaute pirate :Le vers est dans le fruit !!!
Radiohead, Nine inch nails et d' autres ( on annonce jamiroquai ou oasis...) s' émancipe de leur major en revendiquant une autre approche des relations avec le public.

Ici , un petit "dossier" de différents articles pour suivre le phénoméne, en discuter.....

[hr /]


Il m'est odieux de suivre autant que de guider. (Nietzsche)
The lady in the radiator - ERMC

Hors ligne

#2 12-10-2007 09:33:56

Collegue
Team RSR
Lieu : MARSEILLE
Inscription : 01-01-1970
Messages : 4 774
Site Web

Re : [Dossier - observatoire] la Revolution de l' industrie du disque ?

La revolution radiohead
Par Philippe Renaud
source:http://www.cyberpress.ca

Les fans de Radiohead sont passés de la surprise à la déception puis à l'excitation ces derniers jours. Quelques jours après que certains fans eurent mordu à l'hameçon d'un canular concernant les détails du septième album studio, les membres de Radiohead viennent de dévoiler que l'album, intitulé In Rainbows, sera mis en vente le 10 octobre prochain.
   

Et comme Radiohead ne fait rien comme les autres, In Rainbows, album double, ne sera alors disponible qu'à partir du site web officiel, www.inrainbows.com... et au prix que vous voulez!

Précisons. Deux formats seront offerts : physique et numérique. En format physique, le Discbox comprendra les 10 chansons de l'album en CD, un deuxième CD offrant de huit chansons additionnelles, deux vinyles 12 pouces heavyweight (un format pour audiophiles, généralement de 180 grammes ou plus) et l'élégante pochette (un livre, photos numériques, paroles des chansons, etc.). Prix de détail : 40 livres sterling, soit environ 81 $. Les Diskbox seront envoyés par la poste au plus tard le 3 décembre 2007, mais les fans se verront remettre un code pour télécharger l'album en format numérique dès le 10 octobre.

Or, la beauté de l'offre numérique (sans le Diskbox), c'est son prix : à votre discrétion! «No really, it's up to you», insiste-t-on sur le site web. Vous jugez que 10 livres sterling pour 10 chansons, c'est raisonnable? Plutôt 5 livres? Vendu et vendu. Aucun détail n'a filtré sur le format numérique (mp3? FLAC? AAC?) adopté, ni sur la résolution des fichiers (128 kbps? 320 kpbs?), mais il semble que les chansons ne seront pas protégées par des DRM.

Hier, un communiqué de presse officiel a aussi confirmé aussi que In Rainbows connaîtra une distribution physique «traditionnelle». Sortie en CD chez les disquaires : début 2008. Depuis la sortie de Hail to the Thief en 2003, Radiohead est sans contrat de disque, ayant choisi de ne pas renouveler l'entente de six albums avec le major EMI. Selon Musicweek.com, les deux parties seraient néanmoins toujours en négociation.

Le modèle d’affaires novateur adopté par Radiohead fait déjà des vagues dans l’industrie. «L’album va révolutionner la manière dont les gens réfléchissent à propos de la musique, confiait l’observateur Adam Benzine du magazine Music Week à NME.com. Il force déjà les gens à se questionner sur la véritable valeur de la musique. J’ai lu le commentaire sur un forum d’un fan disant qu’il paierait 2,50 livres pour l’album!» La majorité des chansons de In Rainbows a déjà été dévoilée aux fans lors d’une tournée qui a permis aux Montréalais de voir Radiohead sur la scène de la salle Wilfrid-Pelletier, les 10 et 11 juin 2006. Ainsi, les 15 Step, Body Snatchers, Arpeggi, Bangers & Mash, Nude, Videotape et quelques autres circulent déjà sur les disques durs des ordinateurs des fans, via des enregistrements pirates.

_______________________________________________________
Sur internet: www.inrainbows.co


Il m'est odieux de suivre autant que de guider. (Nietzsche)
The lady in the radiator - ERMC

Hors ligne

#3 12-10-2007 09:37:01

Collegue
Team RSR
Lieu : MARSEILLE
Inscription : 01-01-1970
Messages : 4 774
Site Web

Re : [Dossier - observatoire] la Revolution de l' industrie du disque ?

Un tiers des fans de Radiohead n'ont rien payé
Agence France-Presse
Londres
http://www.cyberpress.ca

Environ un tiers des personnes qui ont pré-réservé le dernier album du groupe de rock anglais Radiohead, disponible depuis mercredi uniquement par téléchargement sur Internet, ont choisi de ne rien payer, écrit le quotidien britannique The Times dans son édition de jeudi.
   
Le 1er octobre, le guitariste Jonny Greenwood avait annoncé sur le site du groupe que leur dernier opus, baptisé In Rainbows, était terminé et qu'il pourrait être téléchargé à partir du 10 octobre à un prix que chaque acheteur était libre de déterminer.

Le Times, mentionnant une enquête en ligne réalisée par la lettre d'information Record of the day au près de 3000 acquéreurs de l'album, souligne qu'environ un tiers des fans ont décidé de conserver leur argent.

En cliquant à partir du site de Radiohead sur le nom de l'album, l'internaute est transporté sur le site consacré à ce nouvel opus (www.inrainbows.com) où il a pu s'inscrire pour télécharger l'album de dix chansons à partir du 10 octobre.

«Pour le prix, c'est comme tu veux», assure le site. Il est possible d'entrer une somme comprise entre zéro et 99 livres (220 $).

Le groupe n'a donné aucune indication sur le nombre des téléchargements et sur la somme totale collectée.

«Espérons que vous prenez du plaisir à écouter le téléchargement d'In rainbows. C'est un soulagement pour nous qu'il soit enfin sorti. Ça a été deux semaines folles», a simplement écrit le chanteur Thom Yorke sur le site.

Selon l'enquête publiée par le Times, le prix moyen acquitté par les personnes interrogées est de 4 livres (9 $), mais 67 personnes ont versé plus de 10 livres (22 $) et une douzaine plus de 40 livres (90 $).

De plus, 351 personnes ont dit avoir acheté le coffret coûtant 40 livres, fabriqué uniquement sur commande, qui contient notamment l'album sur CD et vinyle, ainsi qu'un second CD avec huit nouvelles chansons supplémentaires et des photographies numériques.

Un critique du quotidien The Guardian, qui affirme avoir versé 40 livres, a attribué un prix recommandé de vente dans le commerce à chacune des chansons allant de 12 pence pour All I Need à 45 pence pour Weird fishes/Apeggio. Ce qui donne un prix total pour l'album de 3,03 livres (7 $).


Il m'est odieux de suivre autant que de guider. (Nietzsche)
The lady in the radiator - ERMC

Hors ligne

#4 12-10-2007 09:37:59

Collegue
Team RSR
Lieu : MARSEILLE
Inscription : 01-01-1970
Messages : 4 774
Site Web

Re : [Dossier - observatoire] la Revolution de l' industrie du disque ?

Radiohead se fiche des palmarès
Le 10 octobre 2007 - 16:21  |  Julie Rheaume [AgenceNews]
   
LE nouvel album de Radiohead, «In Rainbows», ne figurera pas dans les palmarès. Le groupe refuse de dévoiler combien d'exemplaires de cet album numérique ont trouvé preneur ni les sommes payées par les amateurs pour se le procurer.

Le site Internet de Radiohead ne fournit pas les données liées à la vente du nouvel opus du groupe aux firmes qui en font la compilation, ce qui permettrait d'établir sa position dans les palmarès.

L'album de Radiohead n'est disponible que par téléchargement. De plus, les fans du groupe décident eux-mêmes du prix qu'ils désirent payer pour se procurer ce matériel. Inutile de rappeler que l'initiative de la formation britannique a créé tout un émoi!

Notons que Radiohead prévoit aussi mettre «In Rainbows» sur le marché en version CD traditionnelle au début de l'année prochaine.

Source: NME.com.


Il m'est odieux de suivre autant que de guider. (Nietzsche)
The lady in the radiator - ERMC

Hors ligne

#5 12-10-2007 09:41:48

Collegue
Team RSR
Lieu : MARSEILLE
Inscription : 01-01-1970
Messages : 4 774
Site Web

Re : [Dossier - observatoire] la Revolution de l' industrie du disque ?

Nine Inch Nails: agent libre
Le 9 octobre 2007| Julie Rheaume [AgenceNews]
   
Trent Reznor et ses potes de Nine Inch Nails ont rempli les obligations contractuelles qui les liaient à l'étiquette Interscope. Le groupe est maintenant un agent libre, selon son site Internet. NIN était affilié à Interscope depuis 1994. Il enregistrait précédemment sur l'étiquette TVT.

«Je suis sous contrat avec des compagnies de disques depuis 18 ans et j'ai été témoin des mutations radicales de l'industrie au fil des ans. Je suis maintenant très heureux d'avoir la capacité d'être en relation directe avec le public comme je l'entends», a dit Reznor.

Le chanteur ajoute qu'il compte prochainement informer le public à propos de ses projets de l'année 2008.

Reznor s'était prononcé en faveur du partage de musique gratuit sur Internet afin que les fans puissent mettre la main sur le matériel de NIN. Il avait notamment dit aux amateurs australiens de «voler» sa musique! En mai, le musicien avait clairement fait part de ses opinions après qu'il ait découvert que «Year Zero», le plus récent disque de Nine Inch Nails, se vendait 30$ au pays des kangourous.

Source: Billboard.com.


Il m'est odieux de suivre autant que de guider. (Nietzsche)
The lady in the radiator - ERMC

Hors ligne

#6 12-10-2007 09:43:32

Collegue
Team RSR
Lieu : MARSEILLE
Inscription : 01-01-1970
Messages : 4 774
Site Web

Re : [Dossier - observatoire] la Revolution de l' industrie du disque ?

Nine Inch Nails a lancé un appel au piratage
Publiée par Vincent le Jeudi 20 Septembre 2007
http://www.clubic.com

Le groupe Nine Inch Nails n'en est pas à son premier coup d'essai en matière de provocation et n'y va généralement pas par quatre chemin pour affirmer sa pensée. Il faut dire que le leader du groupe, Trent Reznor, en conflit avec les maisons de disques se veut plus indépendant que jamais. Il a ainsi lancé lors d'un concert à Sidney : « est-ce que quelqu'un a vu les prix des CD baisser ici ? Bon ok, alors vous savez ce qu'il vous reste à faire : volez les, volez les et volez les encore un peu et partagez les avec vos amis et continuez à les voler [...] D'une façon ou d'une autre ces enfoirés finiront bien par comprendre qu'ils arnaquent les gens et que ce n'est pas juste ».

En conflit avec Universal, Trent Reznor et son groupe devrait sortir un dernier album avec la célèbre maison de disques. Ensuite, le groupe a pour projet de proposer ses nouveaux albums sur son site Web au prix de 4 dollars US. Il y a quelques mois, Nine Inch Nails s'était notamment associé au site Thepiratebay pour distribuer ses contenus gratuitement, chose qui n'a sans doute pas vraiment fait plaisir à Universal (voir Musique : The Pirate Bay utilisé pour la promotion). Les derniers propos tenus par Trent Reznor auraient visiblement fait déborder le vase...


Il m'est odieux de suivre autant que de guider. (Nietzsche)
The lady in the radiator - ERMC

Hors ligne

#7 12-10-2007 09:45:52

Collegue
Team RSR
Lieu : MARSEILLE
Inscription : 01-01-1970
Messages : 4 774
Site Web

Re : [Dossier - observatoire] la Revolution de l' industrie du disque ?

STEAL IT !

http://www.youtube.com/watch?v=TJ5iHaV0dP4

un appel au vol par trent reznor lors d' un concert....


Il m'est odieux de suivre autant que de guider. (Nietzsche)
The lady in the radiator - ERMC

Hors ligne

#8 12-10-2007 09:49:17

Collegue
Team RSR
Lieu : MARSEILLE
Inscription : 01-01-1970
Messages : 4 774
Site Web

Re : [Dossier - observatoire] la Revolution de l' industrie du disque ?

Nine Inch Nails : « Les CD sont trop chers, volez-les ! »
NIN enfonce ses longs clous dans Universal

« Est-ce que quelqu'un a vu les prix baisser ? » « Non » s'écrie en choeur la foule en délire. « Bon, ok, et vous savez ce que cela signifie ? Volez-les ! »

Ces paroles assassines, équivalentes à un coup de couteau dans le dos pour les maisons de disques et les disquaires, ont été prononcées par Michael Trent Reznor du groupe Nine Inch Nails (NIN), lors d'un concert il y a trois jours au Hordern Pavilion, à Sydney, en Australie.

Une vidéo a rapidement été mise en ligne sur YouTube, afin d'immortaliser la scène, c'est-à-dire le concert, mais aussi, et surtout, les paroles de Trent Reznor. Ainsi, après avoir traité de ridicules les tarifs des CD en vente, Trent a invité ses spectateurs du jour à les subtiliser.

En contrat avec Universal Music, NIN n'est pas en odeur de sainteté avec sa maison de disques. Au printemps dernier, Trent Reznor et ses acolytes avaient déjà irrité Universal ainsi que la RIAA, en distribuant aux fans certains de leurs morceaux et d'autres goodies. (en savoir plus)

D'après Ratiatum, Nine Inch Nails doit encore un album à Universal. Ensuite, ils changeront de système, comme l'a rappelé Trent : « nous sortirons un dernier album pour Universal, et après nous les vendrons directement aux fans sur notre site pour 4 dollars. »

Rédigée par Nil Sanyas le mercredi 19 septembre 2007 à 16h4


Il m'est odieux de suivre autant que de guider. (Nietzsche)
The lady in the radiator - ERMC

Hors ligne

#9 12-10-2007 09:53:44

Collegue
Team RSR
Lieu : MARSEILLE
Inscription : 01-01-1970
Messages : 4 774
Site Web

Re : [Dossier - observatoire] la Revolution de l' industrie du disque ?

Nine Inch Nails officialise sa rupture avec l'industrie du disque
(09/10/2007)
http://www.ratiatum.com

Trent ReznorC'était déjà annoncé, c'est désormais officiel. Trent Reznor, qui a fondé Nine Inch Nails en 1988 et compose à lui-seul le coeur du "groupe" (le reste des membres va et vient en fonction des concerts et des enregistrements), a annoncé cette semaine qu'il était désormais "sans agent, libre de tout contrat d'édition avec un label".

"J'ai été sous contrat d'enregistrement pendant 18 ans, et j'ai regardé le business changer radicalement d'une chose à une autre fondamentalement différente, et ça me comble de joie de pouvoir finalement avoir une relation directe avec le public, qui me semble appropriée et adaptée", explique Reznor qui était jusque là en contrat avec Universal Music, sous le label Interscope Records.

A l'avenir, NiN devrait s'auto-produire et proposer ses albums directement sur Internet, avec la possibilité de les acheter autour de 4 $. Le mois dernier, lors d'un concert, Reznor avait appelé ses fans à voler ses CD puisque le prix de disques ne baissait pas dans les magasins :

Nine Inch Nails fait ainsi partie d'une série d'artistes de renom qui, après une longue carrière dans l'industrie du disque, trouvent dans Internet le moyen de se libérer des maisons de disques et de continuer leur carrière en auto-production, avec une gestion plus proche des fans. C'est le cas par exemple de Prince (qui a quitté Warner), de Radiohead (qui a quitté EMI), et peut-être bientôt de Madonna (bien que la rumeur soit pour le moment dormante).

Faites vos paris. Qui sera le prochain grand nom à claquer la porte ?


Il m'est odieux de suivre autant que de guider. (Nietzsche)
The lady in the radiator - ERMC

Hors ligne

#10 12-10-2007 09:55:33

Collegue
Team RSR
Lieu : MARSEILLE
Inscription : 01-01-1970
Messages : 4 774
Site Web

Re : [Dossier - observatoire] la Revolution de l' industrie du disque ?

Nine Inch Nails amorce-t-il une rebellion des artistes ?
Publié le Mercredi 10 octobre 2007, à 10H13 (+0200 GMT)
Par Guillaume Champeau
http://www.ratiatum.com

Le claquement de porte bruyant de Nine Inch Nails, qui a quitté Universal après avoir appelé ses fans à voler les CD plutôt que de les acheter, sera peut-être vu dans quelques mois ou quelques mois comme le déclencheur d'une rebellion des artistes contre leurs maisons de disques. L'exemple commence déjà à être suivi...


Nous vous disions hier que Trent Reznor avait officialisé sa rupture avec l'industrie du disque en annonçant que Nine Inch Nails n'était plus en contrat avec le moindre label, ni même avec un agent. Le leader du groupe ne veut plus entendre parler des maisons de disques, qu'il considère comme parasytes dans sa relation avec le public. A l'image de Radiohead, Nine Inch Nails s'auto-produira à l'avenir et vendra lui-même ses albums sur Internet.

Mais Reznor avait surtout fait sensation le mois dernier en demandant en plein concert à ses fans de voler les CD, parce qu'ils sont trop chers. La presse s'en était fait assez largement l'écho, ce qui n'a manqué d'inspirer d'autres groupes. C'est par exemple le cas du groupe de métal Throwdown, qui vient de tenir sensiblement le même discours que NiN. Le leader du groupe Dave Peters a en effet écrit à Bob Lefsetz, un spécialiste très influent dans l'industrie culturelle américaine qui tient une newsletter hebdomadaire à destination des professionnels, pour expliquer son cas.

"Je joue dans un groupe de métal. Nous avons vendu 200.000 disques avec trois albums. Nous ne sommes pas 'gros' mais on se débrouille pas mal, et nous vivons des tournées", raconte-t-il. "Des fans et des amis me demandent tout le temps mon sentiment à propos du 'vol de musique'. J'ai dit à quelqu'un hier, 'j'ai beaucoup de mal à voir ça comme du vol... lorsque déjà je ne vois arriver aucun centime des ventes de CD'". Rapellons qu'avec un contrat de base chez une major du disque, un artiste touche généralement moins de 10 % du prix hors taxe net sur chaque CD vendu, soit ente 1 et 2 euros maximum. A la FNAC, 95 % des CD vendus rapportent aux artistes moins de 50 centimes par jour.


"Si vous voulez vraiment me faire sortir un avis sur le vol, demandez-moi ce que je pense du gars qui a piqué un tshirt sur la table hier à Detroit ou encore mieux, demandez-moi ce que je pense des contrats des maisons de disques", écrit Peters qui, lui aussi, "encourage [ses] fans à acquérir l'album de la manière qu'ils souhaitent", y compris en le téléchargeant sur les réseaux P2P. "La philosophie que j'ai adoptée c'est que si vous soutenez les ventes de disques, vous maintenez le vieux modèle plus longtemps, celui qui force les gars comme moi à faire des tournées 9 mois par an s'ils veulent réunir les deux bouts en faisant carrière dans la musique".

"Si vous voulez vraiment soutenir un group, 'volez' leur album, aidez-le à enterrer la maison de disques, et achetez un tshirt lorsque vous venez à leur concert, et chantez toutes les paroles".

Prise de conscience, ou opération marketing suite à un dernier album moins bien accueilli par les fans que les précédents ? Dans un cas comme dans l'autre, l'angle d'attaque en dit long sur les relations entre les artistes et les maisons de disques, et l'image des maisons de disques auprès du public.

Il faudra attendre de voir aussi, si le mouvement de contestation contamine également les mouvements musicaux grand public, à l'image de la possible annonce future de Madonna. Il y a bientôt deux ans, lorsque Renaud Donnedieu de Vabres a investi 180.000 euros pour monter le site de progagande Lestelechargements.com (depuis fermé), il n'y avait guère lors de la soirée d'inauguration au Palais de Tokyo que la banane d'Eddy Mitchell pour rappeler l'esprit rock n'roll chez une brochette d'artistes accrochées à leur label. Les Henry Salvador, Yves Duteil et autres Philippe Lavil étaient tous présents pour se féciliter de la loi DADVSI et du refus de la licence globale. Mais que pensera demain la jeune génération d'artistes, déjà élevée au biberon MP3 dans des couches culottes MySpace ?

Bien avant le piratage, c'est se trouver une raison d'être dans l'univers numérique qui représente le principal danger des maisons de disques.


Il m'est odieux de suivre autant que de guider. (Nietzsche)
The lady in the radiator - ERMC

Hors ligne

#11 12-10-2007 11:00:26

niacks
Membre
Lieu : Bordeaux
Inscription : 05-03-2007
Messages : 109

Re : [Dossier - observatoire] la Revolution de l' industrie du disque ?

yes

C'est bon ça... les majors du disques vont commencer à flipper (même s'ils savent qu'ils peuvent encore compter sur pas mal d'artistes de variètoche......genre!)

Bon c'est aussi un coup marketing pour NIN ou Radiohead, mais celà va bien changer la donne avec ces enflures de lobbies du disques.
D'ailleurs je m'en fais pas trop pour universal et compagnie, ils arriveront bien à pomper du fric avec les sonneries portables ou en faisant encore voter des loies débiles sur la copie privée....   tongue

Hors ligne

#12 12-10-2007 18:45:18

dj3c1t
Team RSR
Inscription : 27-08-2006
Messages : 2 011
Site Web

Re : [Dossier - observatoire] la Revolution de l' industrie du disque ?

mais ça, non mais ça.... :f) comme ça me décroche un chouette sourire sur ma face... z'imaginez même pas tongue
sérieux, NIN, là, pour le coup, comme ils ont trop assuré.
en plus leurs mp3 à télécharger sont en haute qualité: 256 kbs big_smile

'font pas les choses à moitier smile

et là, si des groupes avec une telle renomée se lancent là dedans, y'a des chances pour que ça fasse des vagues.
comme tu dis, y'en a qui doivent commencer à flipper.... ou au moins effectivement à lorgner du coté des portables lol


dead ?

Hors ligne

#13 15-10-2007 18:02:37

Collegue
Team RSR
Lieu : MARSEILLE
Inscription : 01-01-1970
Messages : 4 774
Site Web

Re : [Dossier - observatoire] la Revolution de l' industrie du disque ?

source :http://www.ratiatum.com

Quelques jours après le lancement du nouvel album de Radiohead, remarqué notamment pour son mode de vente qui laissait les consommateurs en fixer eux même le prix, arrivent les premières estimations.

On parle d'1,2 à 1,3 millions de téléchargements, selon différentes sources. D'après une enquête du Telegraph menée auprès de 5.000 fans, un quart d'entre eux n'aurait rien payé, la moitié entre un pence et 10 £, et le quart restant aurait acheté le set box à 40 £. Le Times, quant à lui, parle plutôt d'un tiers n'ayant rien payé, et situe la moyenne de la somme concédée à 4 £.

"Si nous ne pensions pas que les gens écoutent la musique dont il veulent acquérir le CD, nous ne l'aurions pas fait" explique Bryce Edge, manageur du groupe. "C'est une solution pour Radiohead, pas pour l'industrie".

Malgré cette initiative pour le moins originale, la sortie de Rainbows en magasin est toujours prévue en janvier, mais avec la volonté forte de fournir en priorité les réseaux indépendants. "Nous voulons vraiment les aider. Ils aiment le vinyl, et le groupe aussi, donc il y a beaucoup de choses que nous pouvons faire à partir de cela" explique Edge. "Le temps que le disque arrive en magasin fin janvier, le risque est qu'il n'y ai plus aucune demande. Mais nous pensons qu'il y en aura une. On peut se tromper mais rien à foutre, au moins on aura eu une idée intéressante" conclut-il.


Il m'est odieux de suivre autant que de guider. (Nietzsche)
The lady in the radiator - ERMC

Hors ligne

#14 15-10-2007 20:33:58

EcrouFou
Team RSR
Lieu : marseille
Inscription : 01-01-1970
Messages : 1 253
Site Web

Re : [Dossier - observatoire] la Revolution de l' industrie du disque ?

trop fort
Et 4€ par CD téléchargé c'est toujours bcp plus que ce que ne rétribue l'industrie du disque de tout façon

Le monde bouge


Après l'age de Fer, l'art de ne rien faire (ellevisse)

Hors ligne

#15 20-10-2007 08:49:04

Collegue
Team RSR
Lieu : MARSEILLE
Inscription : 01-01-1970
Messages : 4 774
Site Web

Re : [Dossier - observatoire] la Revolution de l' industrie du disque ?

la source se confirme:

après un peu plus d' une semaine , radiohead aurait vendu environ 1,2 /1,4 millions de son dernier album ( soit  quasiment trois fois plus d' albums vendus que leur trois derniers albums avec leur label dans la première semaine !!!! à titre de comparaison, l' actuel numéro 1 des charts US, bruce springsteen a vendu seulement 335 000 copies de son dernier album)

La somme moyenne d' achat ( paid as you want) est revu à la hausse :8 livre sterling.


Il m'est odieux de suivre autant que de guider. (Nietzsche)
The lady in the radiator - ERMC

Hors ligne

#16 20-10-2007 11:01:21

Alphonse
Team RSR
Inscription : 15-05-2006
Messages : 1 365
Site Web

Re : [Dossier - observatoire] la Revolution de l' industrie du disque ?

8 livres ?
C'est plus que correct !
Et si ils avaient raison ? wink


Allons voir si les autres rêvent encore...
http://www.troisptitspoints.net

Hors ligne

#17 22-10-2007 09:08:15

dusklight
Team RSR
Inscription : 01-01-1970
Messages : 1 134
Site Web

Re : [Dossier - observatoire] la Revolution de l' industrie du disque ?

mais ils ont raison Alphonse !!!! C'est eux qui ont tout compris, et si les autres artistes suivent ils se rendront compte qu'une major ne leur sert à rien sauf à pomper le fric de l'artiste et du fan.

Hors ligne

#18 22-10-2007 13:25:53

EcrouFou
Team RSR
Lieu : marseille
Inscription : 01-01-1970
Messages : 1 253
Site Web

Re : [Dossier - observatoire] la Revolution de l' industrie du disque ?

et sans compter que c'est l'album le plus téléchargé sur P2P


Après l'age de Fer, l'art de ne rien faire (ellevisse)

Hors ligne

#19 26-10-2007 06:32:14

Collegue
Team RSR
Lieu : MARSEILLE
Inscription : 01-01-1970
Messages : 4 774
Site Web

Re : [Dossier - observatoire] la Revolution de l' industrie du disque ?

ET ça continu...
Cette fois ci annonce sur le site de NIN, concernant le futur album de SAUL WILLIAMS, co produit par trent reznor:

Big news today!

As many of you know, I've been working closely with Saul Williams on his new record. We've spent many hours together in hotel rooms, busses, backstages and studios around the world working on something we knew was great. This is the most involved I've been with any project outside NIN since Antichrist Superstar, and I've been impatiently waiting for the chance for you to hear it.
Well... guess what?
The Inevitable Rise and Liberation of NiggyTardust! has arrived!
After my own recent dealings with record labels we decided to release it directly to you. Head over to www.niggytardust.com for all the details. Register now and you can download the record November 1st.
Working on this project was a real pleasure. Saul was interested in breaking boundaries / crossing genres / defying expectations and we learned a great deal from one another in the process. When asked about the sound of the record, I've had to resort to "... I really don't know HOW to describe it." That's a good thing more than ever these days.

A word on the way we've chosen to release this.
There are obvious similarities in how Radiohead just released their new record and the way we've chosen to. After thinking about this way too much, I feel we've improved upon their idea in a few profound ways that benefit you, the consumer. You obviously will be the judge of this in the end. One thing that IS very different in our situation is that Saul's not the household name (yet!) that Radiohead is, and that means we need your support on this more than ever. If you like what you hear, spread the word.

I hope you enjoy the music,

TR


Il m'est odieux de suivre autant que de guider. (Nietzsche)
The lady in the radiator - ERMC

Hors ligne

#20 26-10-2007 11:23:58

Alphonse
Team RSR
Inscription : 15-05-2006
Messages : 1 365
Site Web

Re : [Dossier - observatoire] la Revolution de l' industrie du disque ?

il sait communiquer le Trent...

Grandes nouvelles aujourd’hui !
Comme beaucoup d’entre vous le savent, j’ai travaillé de façon étroite avec Saul Williams sur son nouveau disque.
Nous avons passé de nombreuses heures ensemble dans les chambres d’hôtels, les bus, les coulisses de studios du monde entier à travailler sur quelque chose que nous savions prometteur. C’est le projet dans lequel je me suis le plus impliqué en dehors de NIN depuis Antichrist Superstar et j’attendais impatiemment le moment de vous le faire écouter.
Et... devinez quoi ?
The Inevitable Rise and Liberation of NiggyTardust! est sorti !
Après mes récentes discussions auprès des maisons de disques, nous avons décidé de vous le proposer directement.
Allez voir sur le site www.niggytardust.com pour plus de détails. Inscrivez vous maintenant et vous pourrez le télécharger le 1er novembre.
Travailler sur ce projet a été un réel plaisir. Saul était intéressé par le fait de franchir les frontières / mélanger les genres / défier les attentes et nous avons appris beaucoup de l’autre pendant l’élaboration du projet. Quand on nous demande de décrire le son du disque, je suis obligé de répondre « ... Je ne sais vraiment pas COMMENT le décrire ». C’est une bonne chose, encore plus ces jours-ci.
Un mot sur la manière dont nous avons choisi de le distribuer.
Il y a de grandes similitudes entre celle-ci et la façon dont Radiohead vient de distribuer son nouvel album. Après avoir trop réfléchi à cette manière de faire,  j’ai senti que nous avions  amélioré leur idée sur certains points qui bénéficiaient à vous, le consommateur. Vous serez vraiment le dernier juge. La seule VRAIE différence est que Saul n’est pas (encore !) un nom aussi porteur que Radiohead, ce qui veut dire que nous avons plus que jamais besoin de votre soutien. Si vous aimez ce que vous écoutez, faites le savoir.
En espérant que vous aimiez ces musiques,

T.R.


Allons voir si les autres rêvent encore...
http://www.troisptitspoints.net

Hors ligne

#21 26-10-2007 12:34:30

niacks
Membre
Lieu : Bordeaux
Inscription : 05-03-2007
Messages : 109

Re : [Dossier - observatoire] la Revolution de l' industrie du disque ?

YES

c'est bon ça, les temps évoluent et les modes de diffusion aussi

Jsuis impatient d'écouter ce Saul williams sachant qu'il ya trent qui a bossé dessus!   tongue

Hors ligne

#22 29-10-2007 00:44:56

Aisyk
Membre
Lieu : Lyon
Inscription : 27-08-2006
Messages : 15
Site Web

Re : [Dossier - observatoire] la Revolution de l' industrie du disque ?

Il y a aussi cela :
http://blog.reshape-music.com/2007/10/2 … end-riche/

En gros ça dit que Radiohead ont gagné plus d'argent avec ses 1.3 Millions d'albums vendus que s'il en avaient vendus 2.5 Millions dans un réseau de distribution classique.


http://aisyk.blogspot.com -O- http://www.aisyk-projets.fr -O- Aisyk on Dogmazic
Télécharger de la musique libre n'est pas illégal !

Hors ligne

#23 01-11-2007 01:37:56

Collegue
Team RSR
Lieu : MARSEILLE
Inscription : 01-01-1970
Messages : 4 774
Site Web

Re : [Dossier - observatoire] la Revolution de l' industrie du disque ?

Le leader de Nine Inch Nails utilisait OiNK
source ratitatum.

Les menottes aux poignets de l'administrateur du site OiNK.cd resteront sans doute comme l'une des images fortes lorsque l'on voudra illustrer bientôt la folie qui a emparé l'industrie du disque dans les années 2000. Ou comment la police, les maisons de disques et la BBC s'étaient alors concertés pour faire passer l'arrestation du Britannique de 24 ans pour le démantellement d'un véritable gang de malfaiteurs.

Depuis, nous avons vu à quel point la communauté OiNK n'avait rien du groupuscule de pirates organisé qu'avait cherché à décrire la Fédération Internationale de l'Industrie Phonographique (IFPI). "Ca n'était pas une affaire d'amis en train de partager de la musique pour le plaisir", avait déclaré à la presse Jemery Banks, le responsable anti-piratage de l'IFPI. En fait, si, ça n'était vraiment que cela, à grande échelle.

Dans une interview au New York Magazine, le leader de Nine Inch Nails Trent Reznor raconte qu'il était lui-même utilisateur de OiNK. "J'admettrai que j'avais un compte là bas et que je le fréquentais assez souvent", dit-il. "En fin de compte, ce qui faisait de OiNK un endroit super c'est que c'était vraiment le plus grand magasin du monde. Quasiment tout ce que vous pouviez chercher, c'était là, et c'était au format que vous vouliez. Si OiNK avait coûté quoi que ce soit, j'aurais certainement payé, mais il n'y a pas d'équivalent de cela dans le domaine commercial en ce moment", ajoute Reznor, qui dit ne pas se sentir à l'aise avec iTunes. "Je ne crois pas que leur produit soit si bien que ça : des DRM, un bit rate bas, etc.".

Reznor fait même l'apologie des pre-releases diffusées sur OiNK. "Si votre groupe préféré dans le monde a un disque qui a été diffusé avant sa sortie, est-ce que vous l'écoutez ou est-ce que vous ne l'écoutez pas ? Les gens sur ces forums, ils sont reconnaissants envers la personne qui l'a uploadé, c'est un héro. Ils ne le volent pas parce qu'ils vont en tirer de l'argent, ils le volent parce qu'ils adorent le groupe. Je ne dis pas que OiNK est morallement acceptable, mais ce que je sais c'est qu'il remplissait un vide dans ce que les gens demandaient".

Trent Reznor a quitté récemment le circuit des majors en protestant ouvertement contre le comportement des maisons de disques et avec l'intention de diffuser lui-même son prochain album par Internet. Il produit également le nouveau disque de Saul Williams (le "Grand Corps Malade" américain), qui sera disponible en ligne gratuitement ou contre un versement volontaire sur le site officiel de l'artiste dès ce jeudi 1er novembre. Mais parmi les artistes qui sont encore sous contrats dans des maisons de disques, combien sont comme Trent Reznor et trainaient sur OiNK pour découvrir de la musique ?

ps oink etait un site de lien torrent wink


Il m'est odieux de suivre autant que de guider. (Nietzsche)
The lady in the radiator - ERMC

Hors ligne

#24 02-11-2007 19:21:27

Collegue
Team RSR
Lieu : MARSEILLE
Inscription : 01-01-1970
Messages : 4 774
Site Web

Re : [Dossier - observatoire] la Revolution de l' industrie du disque ?

Et pendant ce temps de l' autre coté de la barriére...
artistes fainéant: virons les !!!

EMI proche de la banqueroute ?
Challenges.fr | 02.11.2007

Un expert du secteur confie à Challenges.fr que la maison de disque pourrait subir une énième restructuration.


Guy Hands, P-DG de Terra Firma, entend remettre de l'ordre chez EMI qu'il a racheté en août dernier.
Ainsi, le Financial Times croit savoir vendredi 2 novembre que le patron du fonds d'investissement a décidé de laisser tomber les artistes du label qui ne travailleraient pas assez et de changer le système de rémunération des cadres de l'entreprise.

"Choisir avec quels artistes nous voulons travailler"


Dans un note interne, il explique vouloir "changements fondamentaux" chez le numéro trois mondial du disque, qui compte les Beatles, les Rolling Stones, Norah Jones, ou encore Raphaël et Alain Souchon.
"Tandis que de nombreux artistes passent un temps énorme à travailler avec leur label pour promouvoir et parfaire leur musique, certains ne pensent malheureusement qu'à négocier pour obtenir une avance maximum... des avances qui souvent ne sont pas honorées en retour", écrit Guy Hands.
Il s'agit donc de "choisir avec quels artistes nous voulons travailler".

“Heureusement que la maison de disques choisit les artistes avec qui elle veut travailler“, s'exclame le responsable d'un concurrent sous couvert d'anonymat. “Terra Firma sous-entend par là qu'il compte se séparer des autres artistes. Il prépare la communauté artistique à certains départs", confie cette source à Challenges.fr. “Reste à voir ce qu'il fera concrètement, mais je redoute une énième restructuration“.

A la recherche d'un partenaire

La question est désormais de savoir comment injecter de l'argent. "S'il ne le fait pas, EMI court à la banqueroute. Il perd des parts de marché partout".
Terra Firma rechercherait des partenaires, toujours selon la même source, qui conclut que Guy Hands ne propose rien de spécial. “Bien sûr qu'il faut trouver des artistes qui marchent, mais rien n'est plus incertain“.
“Le patron du fonds parle beaucoup. Il a dernièrement exigé que son personnel vienne en costard cravate et préconise de se concentrer sur tous les artistes et non sur ceux qui sont grand public“, rappelle ce spécialiste. “Mais sans investir de l'argent, il ne sauvera pas EMI. En trois ans, le groupe n'a signé et développé un seul artiste, Rose".

Racheté 4,8 milliards

Par ailleurs, Guy hands entend s'attaquer aux rémunérations des cadres, dont le système "n'encourage pas les bons comportements et ne récompense pas les actions justes". En effet, les cadres d'EMI sont payés pour chaque nouveau contrat signé, que le label récupère ou non l'avance fournie.
La maison de disques britannique fait face à une chute de ses ventes aux Etats-Unis et ne versera pas de dividende à ses actionnaires avant 2009.
Terra Firma a déboursé 3,2 milliards de livres dette comprise (4,8 milliards d'euros) pour racheter EMI, également convoité par le numéro quatre mondial du secteur Warner.


Il m'est odieux de suivre autant que de guider. (Nietzsche)
The lady in the radiator - ERMC

Hors ligne

#25 02-11-2007 19:25:01

Collegue
Team RSR
Lieu : MARSEILLE
Inscription : 01-01-1970
Messages : 4 774
Site Web

Re : [Dossier - observatoire] la Revolution de l' industrie du disque ?

Ainsi, le Financial Times croit savoir vendredi 2 novembre que le patron du fonds d'investissement a décidé de laisser tomber les artistes du label qui ne travailleraient pas assez

suis sur qu' il parle des beatles...de vrai fainéant eux, ils ont rien sorties de potable depuis des années....


Il s'agit donc de "choisir avec quels artistes nous voulons travailler".

Un fond d' investissement qui va jouer le rôle de directeur financier artistique...ça promet de la qualité !!!!


Il m'est odieux de suivre autant que de guider. (Nietzsche)
The lady in the radiator - ERMC

Hors ligne

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB 1.5.3